Le Détatouage : L’avancée vers un tatouage éphémère…

tatu

 

Si autrefois le tatouage ne représentait qu’un  signe d’appartenance à un groupe, il touche de nos jours un plus grand nombre de personnes. En effet, nous estimons qu’en France, environ une personne sur dix est tatouée. Marquer sa peau d’un signe indélébile doit être mûrement  réfléchi, car un tatouage reste pour la vie. Cependant, cet aspect définitif semble commencer à poser problème à certains, car de plus en plus de personnes font appel au détatouage.

1- LE TATOUAGE

Les raisons qui nous poussent à nous faire tatouer

Autrefois le tatouage était plutôt  réservé aux hommes et avait pour fonction de montrer son appartenance à un groupe. Au fil du temps, il est devenu un art esthétique et corporel à part entière. Ancré dans les mœurs, nous le retrouvons désormais chez tous  quel que soit le sexe, l’âge ou le type de peau. Qu’il soit un signe d’appartenance, un symbole d’événements marquants (triste ou heureux), un acte esthétique, il symbolise l’histoire et la personnalité propre de la personne. Peu importe l’endroit où il se situe, sa forme, et même sa taille, tout tatouage a une histoire. Marquer sa peau à l’encre indélébile, est une manière d’immortaliser un souvenir, une joie, une douleur.

Il existe différentes façons d’inscrire dans la peau  un message. Ces différences se retrouvent principalement dans le type d’encre utilisé et souvent dans la zone à tatouer.

Le tatouage de manière générale

Le tatouage est une technique qui se réalise grâce à un dermographe  constitué d’aiguilles attachées à une barre avec un canon électrique. Il  permet l’introduction de pigments dans le derme. La matière colorante ainsi introduite va former un motif indélébile, visible par « transparence » après cicatrisation de la peau. La profondeur d’insertion de l’encre varie de 1 à 4 mm. Elle sera adaptée en fonction du type de peau et de la zone du corps.

Il existe différentes formes de tatouages. En effet, nous différencions le tatouage-corps de la dermopigmentation. Ces deux techniques  ne sont pas utilisées aux mêmes fins et possèdent des caractéristiques qui leurs sont propres.  

Le tatouage et la dermopigmentation : similitudes et différences

Le tatouage représente un acte esthétique, situé le plus souvent sur le corps. La dermopigmentation quant à elle concerne plutôt le visage, et est utilisée à des  fins médicales et de chirurgie esthétique ou reconstructive (camouflage de cicatrices, reconstruction  d’aréoles, …).  

Ces deux techniques utilisent de la même manière un dermographe pour implanter le pigment sou la peau. En revanche, pour un maquillage permanent, le dermographe n’est pas réglé de la même manière que pour un tatouage-corps. En effet, le piquage est plus doux, et beaucoup plus lent.

Par ailleurs, la profondeur d’implantation du pigment n’est pas la même en fonction de la technique utilisée. Pour un tatouage-corps, le pigment est implanté dans le derme afin d’obtenir un  motif indélébile, alors que pour une dermopigmentation celui-ci sera implanté plus superficiellement entre le derme et l’épiderme ce qui justifie de sa durée de vie plus limitée. Cependant bien que le tracé ne soit pas définitif, la durée n’est pas négligeable pour autant et dépend bien entendu des pigments utilisés.

Enfin, la différence repose aussi sur les encres utilisées  qui peuvent varier d’une technique à l’autre.

Différence des encres

Autrefois la couleur noire était majoritairement présente car les pigments utilisés étaient  l’encre de Chine ou des encres à base de charbon ou de suif. Celles-ci avaient une durée de vie très longue car elles étaient peu ou pas dégradées par le corps. Néanmoins, les agents utilisés n’étaient pas des plus sûrs pour la santé. De nos jours, les tatoueurs ne proposent plus seulement le noir, mais ils disposent désormais d’une véritable palette de couleurs.  Les pigments d’aujourd’hui, sont des pigments minéraux composés d’oxyde de fer et de dioxyde de titane. Malheureusement, aucune législation n’encadre la composition de l’encre, ce qui peut expliquer quelques dérives de la part de certains tatoueurs qui préparent eux-mêmes leur encre.

En ce qui concerne la dermopigmentation, les pigments sont, eux, fabriqués en laboratoires. Ils sont pourvus d’un certificat de conformité et ont été testés dermatologiquement.

Ces deux techniques toutes deux performantes lorsqu’elles sont bien utilisées, offrent de bons résultats. Cependant, pour des raisons diverses et variées, certaines personnes se tournent vers le détatouage. En effet, cette pratique connaît une véritable expansion ces dernières années, et plusieurs méthodes de détatouage existent déjà sur le marché.

2 – LE  DÉTATOUAGE

Le détatouage est un acte qui consiste à effacer un tatouage ou un maquillage permanent.

Les  raisons qui poussent au détatouage : 

  • Impératifs professionnels 
  • Peau relâchée et tatouage moins esthétique
  • Tatouage estompé avec le temps
  •  Tatouage mal fait ou non conforme à la demande
  • Lassitude de voir une marque sur la peau
  • Désir de remplacement du tatouage par un autre

 

Les différentes méthodes  de détatouage

Des pratiques telles que le peeling, la dermabrasion ou les greffes de peau étaient autrefois utilisées pour enlever un tatouage permanent. Celles-ci ont vite été arrêtées au profit du laser, méthode tout de même plus douce, plus simple avec moins de conséquences et surtout une meilleure efficacité.

Le laser le plus utilisé pour le détatouage est  le laser pigmentaire Q switch. Ce laser  utilise des impulsions de haute intensité de lumière pour  briser le pigment de tatouage en particules fines qui seront par la suite progressivement éliminées par l’organisme. Celui-ci  n’est efficace que sur les tatouages de couleur foncée (noir, bleu, marron,…),  et il demeure inefficace sur les autres couleurs bien trop compliquées à déloger. Par ailleurs plusieurs facteurs tels que le type de tatouage, sa localisation et la couleur de peau,  influenceront l’efficacité du détatouage par le laser. Plusieurs séances de laser sont nécessaires, environ une dizaine, pour parvenir à effacer un tatouage,  ce qui n’est pas négligeable. D’année en année les  techniques de tatouage ont évoluées, ce qui a augmenté leur longévité et les a  rendu plus résistants aux techniques de détatouage. Afin de pallier aux limites et complications possibles des autres pratiques déjà utilisées, une technique innovante a fait son apparition sur le marché : le Magic Pen®.

 

3 – LA MÉTHODE DU MAGIC PEN

 

LE PRINCIPE DU DÉTATOUAGE AU  MAGIC PEN®

Le Magic Pen®, est une technique de détatouage qui s’adresse à tous types de tatouages, quelles que soient les encres et les couleurs utilisées. En se basant sur la théorie de la cicatrisation partielle, elle consiste à injecter via des micros perforations espacées de 5 mm, une solution naturelle brevetée visant à enlever les pigments par évaporation, tout en limitant le risque de cicatrice.

Déroulement d’une séance de détatouage

Le soin sera réalisé sur une peau saine. Lors de la séance, une douleur plus ou moins importante peut être ressentie. Celle-ci est semblable à celle éprouvée lors de la réalisation d’un tatouage car le Magic Pen® utilise de la même manière des aiguilles serrées.  80% des personnes sont traitées sans anesthésie locale, mais elle peut être proposée pour les plus sensibles. Il faut prévoir en moyenne 3 à 4 séances pour traiter entièrement un tatouage.

POST-TRAITEMENT 

Après une séance de détatouage, un léger inconfort peut se faire ressentir. Un risque de cicatrice ainsi que des tâches d’hypo ou d’hyper pigmentation, bien que minime, existe. C’est pourquoi les soins après la séance sont très importants et sont déterminants pour le bon déroulement de la cicatrisation. Dans un premier temps, la peau va rejeter l’encre par évaporation grâce à la solution naturelle injectée et brevetée et cela pendant les deux premières semaines après la séance.  La zone traitée formera une première croûte qui devra être hydratée en continue par des pansements spécifiques durant ces 15 premiers jours. Par la suite une deuxième croûtelle se formera, elle devra être protégée par des pansements siliconés jusqu’à cicatrisation complète. C’est à ce moment qu’une nouvelle séance pourra être faite pour continuer le traitement (en moyenne au bout d’un mois). Il faut prévoir en moyenne trois séances  pour retirer entièrement un tatouage.

Le détatouage par le Magic Pen ® est de nos jours à notre avis, une  pratique extrêmement  sûre car les pigments sont enlevés de l‘organisme. Moins contraignante, moins chère et plus rapide que les autres pratiques, elle est la technique, à notre sens,  de choix pour enlever un tatouage.

Se tourner vers le détatouage, n’est pas une décision à prendre à la légère. C’est une décision qui doit être murement réfléchie, car c’est un traitement qui comporte tout de même des risques et des contraintes quelques soient les techniques.

 

 

; ?>