Transpiration et botox

 

La patientèle masculine est de plus en plus nombreuse à demander un traitement pour la gêne provoquée par la transpiration. Il faut savoir, que la sueur est fabriquée par des annexes de la peau (glandes eccrines et apocrines). Sa sécrétion est sous la dépendance du système nerveux sympathique et est régulée par l’hypothalamus. La transpiration est une réponse normale à l’augmentation de la température du corps (chaleur, exercice physique, fièvre) et aux émotions (stress, joie, peur …). On distingue les hyperhidroses primitives  sans cause (aisselles, mains, pieds), des hyperhidroses secondaires à des maladies.

Le botox appelé communément toxine botulique va permettre de stopper l’hyperhidrose axillaire, c’est-à-dire la production excessive de sueur au niveau des aisselles. L’intérêt de la toxine botulique de type A dans le traitement de la transpiration excessive a été évoqué dès 1994. Il possède une autorisation de mise sur le marché (AMM) dans cette indication depuis novembre 2003 (dans le cadre d’une hyperhidrose axillaire sévère entraînant un retentissement psychologique et social important chez l’adulte et l’enfant de plus de 12 ans…)

Protocole

Le protocole consiste en une injection tous les 6 mois. L’injection se fait en plusieurs points mais assez superficiellement ce qui peut être douloureux, d’où la nécessité d’appliquer une crème anesthésiante une heure avant ou même de faire une anesthésie locale avant.

La sudation va diminuer dans les 10 jours suivants  et le traitement est à renouveler une fois dans l’année soit deux séances par an. Les injections sont à renouveler car il s’agit d’un traitement suspensif et non curatif.

Les effets secondaires :

Douleurs, œdèmes, possibilités d’hématomes aux points d’injections et faiblesse musculaire.

Les contre-indications:

– grossesse, femmes allaitantes

-personnes atteintes de maladie neurologique

–  traitement aux aminosides,

– allergies à l’albumine ou à la toxine botulique (BOTOX®, DYSPORT®, VISTABEL®.).

; ?>